fond.png
fond.png
  • Nouveau Regard

Que faisait Jean Castex au Havre ?



Le 22 janvier dernier, 6 mois après sa nomination à Matignon, l’actuel Premier Ministre Jean Castex a fait l’excellent choix de se rendre dans la plus belle ville de France, l’occasion pour lui de faire le point sur différents sujets avec son prédécesseur Édouard Philippe. Beaucoup de spéculation du côté des commentateurs qui s’en donnaient à cœur joie sur la nature des échanges privés entre les deux hommes. Des conseils pour la déco de Matignon ? Échanger des clichés inédits du biceps d’Oliver Véran ? Les présidentielles de 2022 ? À vrai dire, on s’en fiche un peu. Ce qui nous intéresse, c’est le Comité Interministériel de la Mer (CIMer), raison officielle de la venue du Premier Ministre au Havre, ainsi que le sujet HAROPA (Ports du Havre, Rouen et Paris).


Qu’est-ce que le CIMer ?


Le CIMer est un comité de coordination réunissant tous les ministères en lien avec les questions maritimes (Ministère de la Mer, Ministère des Armées, Ministère des Outres Mer, Ministère de la Recherche, Ministère de l’Économie, Ministère de la Transition écologique et Ministère des Affaires étrangères) ainsi que différents acteurs privés, associatifs et ONG.

Son rôle est de réfléchir aux enjeux économiques, sécuritaires, scientifiques et environnementaux de la mer et de prendre des décisions quant à la stratégie maritime de la France sur le long terme.


Les 4 mesures phares du CIMer


  1. La stratégie nationale portuaire : renforcer la compétitivité de nos ports français

  2. L’exploration et la protection des fonds marins (Good to know : 90% des fonds marins de la planète sont inexplorés)

  3. Le développement des énergies maritimes renouvelables : déployer l’éolien pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, avec notamment un projet de parc éolien au large de La Rochelle.

  4. La filière maritime et portuaire : plus de 600 projets pour développer l’économie portuaire, la pêche et les industries de la mer.


C’est également durant ce comité qu’a été confirmé la fusion des ports maritimes du Havre, de Rouen et de Paris en un établissement public unique : HAROPA. On vous résume tout de suite les motivations de ce projet de fusion.



Compétitivité du port du Havre : un retard accumulé


Malgré notre fierté naturelle à l’égard de notre port, on doit reconnaître sa baisse de compétitivité ainsi qu’un risque dans les prochaines années de décrochage par rapport aux grands ports du nord de l’Europe, notamment Anvers et Rotterdam. Les symptômes sont identifiés : un manque de fiabilité dû à un climat social instable ainsi qu’une mauvaise liaison avec les terres françaises.


Le pari du projet HAROPA


C’est dans cette optique de regain de compétitivité de l’axe de la Seine que le projet HAROPA entre en jeu. Les principaux axes de développement sont les suivants :


  • Augmenter la liaison par le fleuve entre Le Havre, Rouen et l’Île de France. Afin de réduire les émissions de CO2 dues au transport routier et donner plus de visibilité aux acteurs se situant sur l’axe de la seine.

  • Encourager l’implantation de projets à haute valeur ajoutée (logistiques et industriels) afin d’augmenter l’activité et la compétitivité sur l’axe Le Havre, Rouen, Paris.


Un programme d’investissement de 1,45 milliard d’euros est prévu pour ces axes de développement ainsi que le renforcement du service client, de l’innovation et de la transition écologique sur les secteurs portuaires, du transport et de la logistique.


Le sujet est vaste ! Si vous voulez approfondir le sujet, on vous invite à consulter les liens suivants :