fond.png
fond.png
  • Mengwang Jean-Pierre Alvarez

Elections régionales 2021 : à quoi s'attendre ?

Les élections régionales ont lieu en juin prochain mais le débat sur les différentes listes qui se présentent est lancé depuis ce début d'année. Alors que la crise sanitaire risque d'influencer le vote des français, c'est le moment de se questionner sur ces fameuses élections régionales : Quels en sont les enjeux ? Comment s’organisent-elles ? Et quels sont les débats qui tournent autour de celles-ci ?


À quoi sert le Conseil régional ?


Les régionales sont des élections qui permettent d’élire des conseillers régionaux. Ces derniers, à leur tour, ont pour rôle premier de fixer les choix financiers de la collectivité par un vote du budget.

Aucune opération ne peut voir le jour et aucun contrat ne peut être conclu si la collectivité locale (la commune, le département, la région) n’a pas voté la dépense du budget concerné. Ces décisions viendront définir les orientations et l’action des collectivités, il est donc important d’aller voter !

Le rôle des régions est donc de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de son territoire, disposant également de compétences exclusives : les lycées (construction, entretien, fonctionnement), les transports (gestion des transports en commun, ports, aéroports, etc.), la formation professionnelle (insertion, formations, emploi, etc.), l’aménagement du territoire et l’environnement (logements, parcs naturels, gestion des déchets, etc.).

Élu au scrutin de liste selon un système mixte combinant les règles des scrutins majoritaire et proportionnel (voir dernier article sur le mode de scrutin proportionnel), les élections régionales se tiennent habituellement au mois de mars depuis 1986. L’année 2015 fut une exception, 2021 en sera une à nouveau.


Récapitulatif des dernières Régionales de 2015


Les dernières élections de 2015 ont été les plus disputées de ces dernières années. Le parti socialiste qui dirigeait 21 régions sur 22 réussissait à sauver les meubles en conservant 5 régions de la nouvelle carte territoriale. Le FN a observé une belle poussée sans pour autant décrocher de majorité dans une seule des régions. Quant à la droite, elle a obtenu 7 régions. (Source : ministère de l’intérieur)

En Normandie, nous avons 102 conseillers régionaux répartis en 5 groupes politiques. La majorité est détenue par la liste de centre-droit “La Normandie Conquérante avec Hervé Morin” avec 54 conseillers. Ensuite viennent le groupe d’extrême droite “Rassemblement National pour la Normandie” et le groupe de gauche “Socialistes, Radicaux et Citoyens” avec 19 conseillers chacun. Enfin, l’extrême gauche "Élu communistes et Front de Gauche” et la liste écologiste “Normandie Ecologie” détiennent respectivement 5 et 3 conseillers.


Régionales 2021 : sondages et potentiels candidats


La crise sanitaire va fortement influencer les prochaines élections régionales qui, si le calendrier est respecté, devraient se tenir les dimanches 13 et 20 juin 2021.

Les dernières élections se sont déroulées dans un climat assez particulier. En Décembre 2015, mois meurtri par les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et Hyper cacher. Cette année encore elles vont s’organiser dans une atmosphère particulière due à la crise sanitaire du Covid-19.


Appelés aux urnes très bientôt, les français vont élire près de 1 750 conseillers régionaux en France qui guideront l’action des collectivités durant ces 6 prochaines années. Bien que les campagnes ne soient pas officiellement lancées, les formations politiques poussent leurs pions et certaines tendances peuvent déjà se dégager à travers les sondages.


Un sondage d'Opinionway auprès des populations de certaines régions a permis de dessiner une carte des régionales.

En Normandie, ce sondage place le Rassemblement National (RN) en pôle position à 25% pour le premier tour avec sa tête de liste Nicolas Bay devant l'actuel président régional Hervé Morin.


Débats autour de l'organisation


De nombreux débats subsistent autour de ces élections régionales qui auront probablement lieu dans une situation sanitaire préoccupante, parmi lesquels figure le « vote à distance » dit encore « vote par correspondance ». Ce vote permet comme son nom l’indique de pouvoir exprimer son suffrage sans avoir à se rendre physiquement devant les urnes.

Et il existe deux façons d’exprimer son vote à distance :

  • D'une part par correspondance postale comme ce fut le cas aux élections présidentielles des États-Unis. Il consiste à envoyer une enveloppe vierge contenant son vote.

  • D'autre part, on peut indiquer son choix par le biais d'une plateforme numérique sécurisée.

Ceux en faveur de cette initiative affirment que c'est un bon moyen d'expérimentation qui permet de limiter les risques face à la pandémie et de s’assurer d’un bon taux de participation.

Si des membres de la majorité comme ceux de l'opposition soutiennent cette initiative, le Ministre de l’Intérieur désapprouve l'idée. Selon lui, le Ministère de l'Intérieur ne sera pas prêt en quelque mois à fournir un système postal robuste et confiant pour assurer le bon déroulé d’élections à distance.

Selon lui, les courriers recommandés d'un point à un autre ne sont pas fiables. Il ajoute à cela qu’il n’est pas évident de changer les habitudes des français qui ont pour coutume de se rendre au bureau de vote le dimanche. D’autant plus le vote par correspondance met plus de temps. Sur son compte Twitter, il exprime d'ailleurs son opinion en qualifiant l'idée de vote par correspondance de « fausse bonne idée ». S’y ajoute la crainte du piratage de données qu’implique un vote par correspondance. Il n'y aura pas de moyen absolu d’attester de la fiabilité des votes et des résultats.